Communiqué de presse : L’AFEP dénonce les dégradations sur le campus

En février 2018, la loi Vidal, ou loi “Orientation et réussite de l’étudiant”, a été votée par l’Assemblée Nationale. En réaction à cette réforme instaurant de nouvelles modalités d’accès à l’Université, des mouvements de jeunesse ont choisi d’organiser des manifestations sur le campus de Poitiers, sous la forme de blocus. L’AFEP dénonce aujourd’hui la forme que prennent ces contestations, car elles sont violentes et nuisent aux étudiants.

De nombreux étudiants ne peuvent pas se rendre en cours, car les facultés sont bloquées ou dégradées. Des murs à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments ont été tagués, des portes ont été cassées, des alarmes incendies ont été déclenchées, et les manifestants ont refusé d’ouvrir l’accès aux étudiants souhaitant aller en cours. Le Président de l’Université et son équipe ont dû prendre la décision de fermer une grande partie des UFR jusqu’à lundi matin afin de garantir la sécurité des étudiants. De plus, les mouvements contestataires ont choisi de refuser le dialogue et d’utiliser la désinformation afin de se faire entendre. Ils font ainsi circuler de fausses informations, qu’ils prétendent sortir du texte de loi, afin de rallier des étudiants à leur cause. Les tentatives de discussion lancées par l’AFEP ou par les associations du réseau se sont soldées par un échec : ils refusent catégoriquement d’échanger avec nous. Il faut également préciser qu’il est difficile d’identifier les organisations à la tête de ce mouvement contestataire, et que leur système n’est ni transparent, ni démocratique.

L’AFEP s’oppose fermement à la violence de ces mouvements car il est inacceptable de dégrader ainsi les locaux des facultés. Les réparations vont générer des dépenses importantes pour l’Université : de l’argent perdu, qui ne pourra pas être utilisé pour des projets favorisant la réussite étudiants. Face aux fausses informations diffusées par les manifestants, nous tenons à rappeler que les rattrapages, le système de compensation et les bourses sont garantis par la loi. Il est également important de préciser que les élus du réseau de l’AFEP ont voté une motion dans laquelle l’Université de Poitiers s’engage contre la sélection.

L’AFEP souhaite donc que les dégradations cessent, que les mouvements de contestation respectent le droit de chacun de s’exprimer, mais aussi d’aller en cours. Le débat doit être rétabli, et la démocratie et le respect doivent reprendre leur place, dans l’intérêt de tous les étudiants.

Contacts : 

  • Mélanie DESIRE – Présidente de l’AFEP : 06 74 33 31 98 / president@afep-asso
  • Rémy POINTECOUTEAU – VP Elections & Suivi des Elus : 06 30 53 64 02 / elections@afep-asso.org
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

%d blogueurs aiment cette page :